Rechercher
  • Valérie Fraysse

Un esprit sain dans un corps saint

Mis à jour : 17 mars 2020


Bon je détourne un peu la citation d’origine mais elle m’évoque le besoin d’harmonie entre notre esprit, nos pensées, nos émotions et notre corps physique, notre temple. Quand j’ai commencé à me former à la kinésiologie j’ai découvert la pensée traditionnelle chinoise sur l’homme et la santé. Tout est énergie et la santé réside dans l’équilibre entre le corps physique (et les fonctions physiologiques), le mental (les pensées et croyances) et les émotions, tout ça sur lit de reliance au Grand Tout !


Pour John Thie à l’origine de la kinésiologie la santé est le fait de pouvoir jouir pleinement de la vie. Quel programme ! C’est autre chose que de n’avoir mal nulle part.

Du coup, ma vision du monde a évolué vers la compréhension que tout est lié, intriqué. Nous sommes séparés physiquement les uns des autres mais liés énergétiquement. Spirituellement nous ne sommes qu’un. J’adhère complètement à cette idée même si certains jours il y en a avec qui je n’ai pas vraiment envie de communier … mais ça c’est ma part d’humanité dans ses difficultés !!! Ça veut dire que si je prends soin de moi, je prends soin de l’autre, de tous les autres.


A l’échelle individuelle, quand tout est lié, si je me sens souffrant physiquement, je peux me focaliser sur la douleur physique mais je peux aussi aller regarder sur les autres plans de mon être : mes émotions sont-elles accueillies et apaisées, mes pensées sont-elles fluides, est-ce que je suis en train de ressasser l’histoire du dentifrice pas rebouché ? …Tout est lié, je vous assure.


Les nourritures dans cette même vision ne sont pas qu’alimentaires. Mon être physique, mental, émotionnel, énergétique, spirituel est construit de chacune des nourritures que je rencontre, c’est-à-dire de ce que je laisse entrer en moi.


Par ces temps de coronavirus et de grands bouleversements planétaires, j’ai choisi de porter une très grande attention à ce que je laisse entrer. En faisant cela je prends soin de mon terrain. On dit que le virus n’est rien s’il ne rencontre pas un terrain plutôt fragilisé, fatigué, sans beaucoup de ressources.


Je trouve l’image du terrain vraiment intéressante. On imagine son petit jardin dans lequel on voudrait planter quelques salades. Certains sols trop « quelque chose » (acide, argileux, sablonneux) ne seraient pas adaptés mais pour faire pousser de jolies salades contenant tout mon amour et ma créativité, je pourrais ajouter un peu de ceci, un peu de cela pour renforcer le terrain.


Mais prendre soin de son terrain, honnêtement ce n’est pas si facile même quand on sait exactement ce qu’il faudrait faire !

Ça râle en moi : « Merde, on est privé de toutes les libertés et maintenant, il faut faire attention à tout. » Oui, ce qui râle en ce moment en moi est un peu véhément et pas toujours très châtié dans son langage !!

J’ai remarqué qu’il n’est pas vraiment facile de se priver : « Si rétablir un bon terrain c’est bouffer des légumes à l’eau, non merci !! Si en plus il faut se mettre en position du lotus, laisse tomber !!! » Un terrain triste et en colère n’est pas propice à de belles salades …


Donc je continue malgré les râleurs et surtout, je simplifie. Pour améliorer son terrain on peut prendre soin de sa part :

- Physique : par l’alimentation, l’activité physique adaptée

- Émotionnelle : par des pratiques de libération émotionnelles

- Mentales : par des pratiques instaurant le calme

- Spirituelle : par des pratiques pour se relier à sa dimension spirituelle


Ça c’est la théorie. En pratique, des petits trucs ultra simples pour ménager les susceptibilités internes :


- Alimentation : sucre en chute, légumes en hausse et des quantités adaptés parce que quand j’ai fait un gros repas, tout mon système digère et ça c’est beaucoup de travail pas propice aux belles salades.

- Activité physique : marche quand on peut sortir et quelques étirements et exercices d’assouplissement sinon mettre la musique à fond et danser 😊

- Émotions et pensées : cohérence cardiaque pour freiner cortisol et comparses qui aiment quand tout s’emballe ! On se concentre bien sur la respiration pour faire le calme, hein ?

Voilà mon support préféré :



Quand la rosace s'ouvre j'inspire, quand elle se ferme j'expire ... On peut même mettre les deux mains sur le cœur, c'est un geste très doux de retour à soi et de protection.


- Pour les émotions plus précisément, prendre le temps d’écouter à l’intérieur et de mettre un mot sur l’émotion. Quand vous l’avez reconnue lui dire des petites choses gentilles « Je te vois et je t’entends ma cocotte et maintenant tu peux dégag » …. Non, non, pas d’insultes, elle va mal le prendre. Je te vois et je t’entends ça suffit et après on respire en 4-7-8 : J’inspire sur 4 temps, je bloque ma respiration sur 7 temps et j’expire sur 8 temps (c’est à vous de choisir le tempo, ce n’est pas forcément des temps d’une minutes !!).


Bon, je ne vous oblige pas à croire à mes histoires de santé holistique mais peut-être aurez-vous envie d'essayer. Si ça fait pas de bien, ça fait pas de mal !


Parfois il est plus difficile de prendre soin de soi seul. N'hésitez pas à solliciter le praticien qui vous semble le plus adapté.

Si vous avez besoin de mon aide, je serai là.

#santé holistique #bien être #coeur, corps, esprit #physique #mental #énergétique #émotions # coronavirus

52 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La newsletter du Goût de Soi

Merci pour l'abonnement !

Vous sentez que les sujets que je partage vous concernent ? Vous avez envie de participer à une société plus heureuse, plus juste ? Vous souhaitez trouver des pistes pour vous aimer mieux, pour vivre des relations à votre environnement épanouissantes, pour être en bonne santé globale ?

Abonnez-vous à ma newsletter et faisons connaissance !

decor-2.png